Notre écosystème

Les AMAPs : quel sol les nourrit ?

Le mouvement des AMAPs est né dans les années 2000, poussé en France par le couple Vuillon qui avait en tête l’exemple des Community Supported Agriculture anglo saxonnes et l’exemple des jardins de Cocagne démarré quelques années plus tôt. Mais ce mouvement amapien ne serait pas apparu sans un terreau extrêmement riche, inventif, maillé, qui fait naitre une multitude d’initiatives très diverses. Toutes ces initiatives partagent une attention, un respect profond du vivant sous toutes ses formes, humaines, animales, végétales, et de son tissage complexe.

Cette attention au vivant se porte, dans le domaine humain, sur des productions éthiques, c’est à dire protectrices des producteurs, créatrices d’emploi.  Sur une alimentation saine, moins industrielle, débarrassée des pesticides qui menacent à la fois notre santé, mais aussi toute la biodiversité.

Cette attention au vivant autre qu’humain a pris conscience que notre survie en temps qu’espèce (très tardive) dépend de la survie du monde, végétal, animal qui nous a fait naitre. Elle se traduit par un respect accru aux animaux qui nous nourrissent. Par une conscience de ce qui, dans nos pratiques, notre alimentation, abime le vivant dont notre survie dépend : vie des sols, survie des pollinisateurs …

Cette page vise à replacer notre mouvement amapien dans son écosystème, c’est à dire de tout un monde d’initiatives qui sont nées du même terreau.

La suite est en préparation ….